Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada








télécharger 12.89 Kb.
titreConférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada
date de publication09.11.2016
taille12.89 Kb.
typeDocumentos
e.21-bal.com > documents > Documentos


Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada

Allocution inaugurale
Annie Galarneau

Office québécois de la langue française


C’est avec beaucoup d’intérêt que l’Office québécois de la langue française a accepté l’invitation du Groupe traduction de participer à cette Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada. Les événements comme la conférence d’aujourd’hui sont des initiatives dont il faut se réjouir puisqu’elles permettent de consolider les liens qui existent déjà entre les différents acteurs du maintien et du développement de la langue française en tant que langue de grande diffusion.

De par la mission qui est confiée à l’OQLF, à savoir de définir et de conduire la politique québécoise en matière d’officialisation linguistique, de terminologie, et de francisation de l’Administration et des entreprises, l’organisme a pour mandat de veiller à ce que le français soit la langue normale et habituelle du travail, des communications, du commerce et des affaires. Il est également chargé d’assurer le respect de la Charte de la langue française et de suivre l’évolution de la situation linguistique au Québec.

Depuis sa création en 1961 et dans la poursuite des mandats qui lui ont été confiés, l’OQLF assure la diffusion des travaux terminologiques qu’il réalise en collaboration avec ses différents partenaires. Antérieurement, la plupart des travaux terminologiques produits prenaient la forme de publications écrites. Dans le domaine des sciences de la santé, les dernières publications ont porté, entre autres, sur les dénominations des établissements de santé (2000), l’imagerie médicale (1997), les pneumopathies professionnelles (1996) et les termes de gestion des soins de santé (1997). D’ailleurs, ce dernier document est le résultat d’un partenariat avec le Groupe traduction de l’Association canadienne de l’industrie du médicament.
Depuis 2001, dans un souci de permettre une plus large diffusion des travaux de terminologie de langue française et une meilleure promotion du français dans le monde, le contenu de la base de données terminologiques élaborée par l’Office à partir de ses propres travaux et des contributions de l’externe, a été rendu disponible gratuitement dans Internet. Les informations terminologiques qui y sont présentées le sont sous forme de fiches de terminologie qui comportent plusieurs catégories de données : terme français privilégié par l’Office, équivalent(s) anglais, domaine et sous-domaine d’emploi, définition, synonymes et quasi-synonymes, illustration, notes, et bien d’autres types de renseignements. La popularité du Grand dictionnaire terminologique (GDT) qui, nous l’espérons, n’a plus besoin de présentation, est principalement due à la richesse de son contenu mis à jour constamment qui se traduit, en chiffres, par près de 3 millions de termes anglais et français répartis sur 800 000 fiches terminologiques et appartenant à 200 grands domaines d’activité. Grâce aux terminologies produites à l’externe, des 3 millions de termes traités, plus de 100 000 appartiennent aux domaines de la médecine, de la biologie et de la pharmacologie. C’est beaucoup plus que la nomenclature habituelle d’un dictionnaire spécialisé standard!
De même, pour assister les traducteurs et les terminologues dans leurs recherches, un inventaire des travaux de terminologie disponibles sur le Web est également accessible dans le site Internet de l’OQLF. Il s’agit d’un inventaire qui comprend environ 1700 notices dont plus de 150 en sciences de la santé. Il constitue une véritable bibliothèque terminologique virtuelle puisqu’il suffit d’un clic de souris pour consulter, en ligne, les travaux qui ont été répertoriés. Chaque document sélectionné est accompagné d’une notice descriptive détaillée qui contient le lien Internet donnant directement accès à la page Web ou au fichier PDF qui intéresse l’usager. Ce service est accessible directement sur le site www.inventerm.com.
Si les traducteurs spécialisés peuvent être aidés dans leur travail par des outils comme le GDT et Inventerm, les terminologues qui contribuent à l’enrichissement de ces produits comptent, en retour, sur les liens qu’ils entretiennent avec les traducteurs et les spécialistes, pour en actualiser le contenu. C’est ainsi que depuis l’automne 2005, je prends part, au nom de l’Office, aux réunions trimestrielles du Comité québécois d’étude du français médical. De même, un sondage a été mené auprès de certains d’entre vous par la Direction de la recherche de notre organisme pour cibler les domaines des sciences biomédicales jugés lacunaires dans le GDT. Dans la même optique, l’organisme favorise l’établissement d’ententes de partenariats avec des institutions, des entreprises et des organismes pour que l’actualisation du contenu du dictionnaire réponde à des besoins réels. Par exemple, un récent partenariat avec l’Université Laval et l’Institut national de recherche agronomique de France a permis la mise au point d’une terminologie française propre au domaine de la nutrition publique. Ces travaux, en plus de répondre à un besoin précis dans le domaine de la nutrition publique, ont permis l’enrichissement du Grand dictionnaire dans ce domaine particulier, et ont également fait l’objet d’une diffusion auprès du grand public par le biais du site Internet de notre organisme dans lequel de petits vocabulaires thématiques sont proposés (des vocabulaires sur la géomatique, la nanotechnologie, la réservation en ligne et la grippe aviaire, pour n’en nommer que quelques-uns.
Par ailleurs, conformément aux dispositions de la Charte de la langue française à l’effet que le français doit être la langue d’usage normale et habituelle du travail, du commerce et des affaires, la direction et les membres du personnel des entreprises doivent veiller à généraliser la connaissance et l’utilisation du français dans leur milieu au Québec. Des conseillers en francisation sont à leur disposition pour leur proposer différents services et les aider à trouver des solutions adaptées à leurs besoins. Le milieu de la santé ne fait pas exception à la règle. De concert avec le ministère de la Santé et des Services sociaux, les conseillers en francisation facilitent l’application de la Charte dans les établissements de santé comme les hôpitaux, les CLSC et les CHSLD, de même que dans les entreprises pharmaceutiques.
Dans le même ordre d’idées, depuis plus de deux ans l’Office répond aux demandes du ministère de la Santé et des Services sociaux en émettant des recommandations aux Agences de développement des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux, relativement aux dénominations des nouveaux établissements nés de la restructuration du réseau de la santé. Le ministère, qui recherche l’uniformité pour l’ensemble des régions et qui souhaite que le public s’y retrouve plus facilement, demande des propositions aux terminologues relativement aux nouvelles dénominations qu’il compte diffuser auprès de la population.
C’est donc à travers des projets terminologiques variés que l’OQLF, avec l’aide d’experts de tous les milieux, poursuit ses efforts dans le domaine médical et dans les autres domaines de spécialité. Avec près de 8 millions de consultations par mois, Le grand dictionnaire terminologique constitue un organe de diffusion de la terminologie hors du commun. L’équipe de terminologues qui travaille à sa mise à jour et à son enrichissement est constamment à l’affût des besoins des usagers. Étant donné que les traducteurs médicaux sont souvent parmi les premiers à s’interroger sur les désignations françaises des nouvelles réalités médico-pharmaceutiques, leur rigueur au travail est d’une très grande importance pour le maintien d’une langue française de qualité. L’Office québécois de la langue française compte donc sur votre dynamisme et sur votre engagement pour permettre la diffusion de terminologies médicales précises et actuelles. Il ne me reste plus qu’à émettre un souhait : que cette langue française rassembleuse favorise aujourd’hui la qualité de nos échanges par le biais de cette conférence fructueuse et enrichissante. Je vous souhaite une excellente journée.


similaire:

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconNote marginale : Confirmation des droits existants des peuples autochtones...
«peuples autochtones du Canada» s’entend notamment des Indiens, des Inuit et des Métis du Canada

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada icon1Industrie pharmaceutique : Le rôle de l'innovation? 1Une structure industrielle très spécifique

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconL’enseignement et de la traduction Français/Anglais

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconThèse sur les «Rapports commerciaux Canada-cee»
«Les cinq clés de la rentabilité des petites et moyennes entreprises», avril 2012

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconÉtablissement de relations au sein du milieu montréalais des experts-conseils,...
«Belimo Canada», dessert une clientèle répandue partout aux États-Unis, au Canada et en Amérique latine

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconWO/CC/69/2 annexe traduction d’une lettre datée du 18 septembre 2013

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconOuverture de la conférence

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconMatinée-conférence

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconConférence des Présidents d’Université

Conférence sur la traduction médico-pharmaceutique au Canada iconOrdre du jour de la journee-conference








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.21-bal.com