Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ?








télécharger 103.36 Kb.
titreDans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ?
page1/4
date de publication24.10.2016
taille103.36 Kb.
typeDocumentos
e.21-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4


LE DEVELOPPEMENT DURABLE AU LIBAN





Problématique :

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ?

Quels en sont les principaux acteurs ?

Quel type et forme d’actions sont menées ? Dans quels domaines ?

Quel avenir pour le développement durable au Liban ?



Déclaration de Beyrouth sur le Développement Durable (Rio+20) « Pour une Gestion durable de notre Territoire »

http://www.happyplanetlebanon.com/gallery/photos/-1350ffa.gif

Lieu: Ecole Supérieure des Affaires - ESA (Beyrouth, Liban)
28-29 novembre 2011
Du 28 au 29 novembre 2011, plus de 300 participants nationaux et méditerranéens représentant des administrations gouvernementales chargées du Développement durable, de l'eau, des institutions de coopération bi et multilatérales, de nombreux organismes représentant le secteur public et privé du Liban, se sont réunis à l’ESA à Beyrouth (Liban), afin de définir les actions concrètes les mieux appropriées pour la préparation des assises de Rio+20 en 2012. 

A cet égard, au cours des vingt dernières années, le paysage socio-économique du pays du Cèdre a connu des développements positifs mais non sur le plan environnemental. Traiter la question de l'environnement au Liban sans prendre en compte la problématique de l'eau et de l'assainissement, l'énergie, l'aménagement des territoires, le développement économique et les progrès de la société, notamment les préoccupations de solidarité et d'équité, la bonne gouvernance ou la lutte contre la corruption, c’est en réalité créer des obstacles qui sont autant de limites au développement, aux libertés et aux engagements euro-méditerranéens. Une politique du développement durable pour le Liban implique de bons diagnostics et des visions partagées entre les secteurs concernés. Cela suppose l’élaboration d’une plateforme commune de communication entre les différents secteurs socio-économiques du pays afin d'adopter un langage commun loin des malentendus et des tensions. C’est une démarche de développement durable qui repose sur quatre piliers incontournables :



  • La protection et la mise en valeur de l'environnement.

  • Le développement économique.

  • Les progrès de la société.

  • L'éthique.


Dès lors, les Recommandations portent sur les axes suivants :



  • L’Eau.

  • L’Environnement.

  • L’Energie.

  • L’Économie.


L’Eau
L’accès à l’assainissement sur la rive Sud-Est accuse un retard plus important par rapport au système d’approvisionnement en eau potable. Les pays de cette rive de la Méditerranée vont devoir se livrer à une concurrence accrue pour les ressources restantes. 

Une prospective visant une gestion durable des ressources en eau par les pays de la région et notamment pour le Liban nécessite tout d’abord de porter une plus grande attention à la gestion de la demande et à l’amélioration de l’efficience de l’eau. Les actions prioritaires doivent être réalisées dans le secteur agricole, principal poste consommateur de ressources en eau dans la région (80% dans les pays de la rive sud).

Cela nécessite une rationalisation de l’emploi de l’eau pour l’irrigation en ayant recours à des techniques d’irrigation plus économes (goutte à goutte, surtout pour le maraîchage, ou l’aspersion pour les grandes cultures), une approche plus rationnelle du choix des pratiques culturales, une meilleure sélection de semences et de variétés plus résistantes au stress hydrique ainsi qu’une meilleure protection des sols. 

Des actions similaires conviennent d’être également entreprises pour améliorer l’efficience des réseaux d’eau potable, car on estime que les quantités d’eau prélevées et perdues ou inutilisées représentent 40% de la demande en eau de la région. 

L’option de l’exploitation de sources d’eau douce marines est aussi à prendre en compte. Pour le Liban, l’exploitation de ressources non conventionnelles permettrait de combler partiellement le déficit d’eau prévu pour 2040 (1095Mm3 contre 1660Mm3) en mobilisant 565Mm3 de nouvelles masses d’eau. S’agissant du dessalement d’eau de mer, très énergivore, ce procédé doit être effectué avec des énergies sobres en carbone pour être considéré comme une véritable option de développement durable. 

Les organisations des Nations-Unies et de l’Union européenne ainsi que l’Union pour la Méditerranée (UPM) déploient des efforts considérables pour trouver des solutions à ces conflits en espérant inverser la situation en faveur d’une coopération régionale et consolider ainsi une paix permanente entre les pays riverains. Les textes législatifs, tels que la nouvelle stratégie méditerranéenne de l’eau (c’est celle de l’UPM actuellement en cours d’adoption), la convention de l’ONU (1997), et la Directive cadre sur l’eau (DCE) de l’Union européenne, pourraient constituer des outils importants et fiables pour formuler des accords et traités entre les nations.

De nouvelles méthodes d’irrigation (aspersion et goutte-à-goutte) et de fertilisation doivent être appliquées pour une meilleure gestion de l’eau. Il faudrait aussi s’employer à améliorer le rendement des réseaux d’irrigation et adopter un système de contrôle qualité pour l’eau d’irrigation. Aussi faudrait-il encourager la formation d’associations réunissant les utilisateurs des eaux d’irrigation (AUEI). 
En outre, le principe du « pollueur-payeur » devrait être appliqué aux pays riverains qui polluent les cours d’eau internationaux.

La définition des stratégies de gestion des ressources naturelles et des programmes de réhabilitation des sols et des cours d’eau dégradés est une action prioritaire à entreprendre.
Également indispensable, la constitution d’une banque de données régionales, fiables et accessibles dont le premier apport serait de regrouper les données relatives aux ressources en eau sur le plan quantitatif et qualitatif. Et pour compléter tout ce qui précède, la création d’un Centre d’information et de formation aux métiers de l’eau au Liban paraît plus que jamais nécessaire. 

A ce niveau, le FFA tient à saluer le rôle de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) en matière de sécurité alimentaire. En effet, la FAO aide les pays en développement à combattre la faim en s’employant à lutter contre la pauvreté et en faveur de la sécurité alimentaire, du développement rural et de moyens d’existence durables.

L’Environnement
La question cruciale qui se pose est de savoir comment protéger les ressources naturelles du Liban et appuyer les initiatives des ONG pour l’application de l’agenda 21 adopté lors du Sommet de Rio en 1992. Dans ce cadre, il faudrait bien gérer, protéger et développer nos forêts. Il faudrait en effet les développer dans le cadre d’une règlementation et d’une gestion pour une utilisation durable prenant en considération tant le renouvellement de la forêt que les besoins de la population (les forêts au Liban ont malheureusement perdu plus de 33% de leur surface en quarante ans).
Dans ce sens, nous recommandons la création d’un Office national des Forêts dont la mission serait de préserver et développer la santé des forêts nationales (forêts et ressources forestières : bois, chasse, cueillette, etc.) ainsi que leur diversité et leur productivité. 

A ce niveau, le FFA tient à saluer l’action de la coopération française au Liban dans le secteur de l’environnement.
Cette action contribue au développement durable par la préservation des ressources naturelles du Liban et la valorisation de ses biens publics mondiaux, plus précisément la biodiversité des zones humides de Aamiq et de Tyr et la lutte contre la pollution marine. Le FFA se félicite de l’appui qu’apporte le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) à la protection du patrimoine forestier du Liban et remercie aussi la coopération française pour sa contribution significative à l’ajustement du cadre réglementaire et institutionnel à travers la rédaction du code de l’environnement (adopté en 2002) et plus récemment la rédaction puis la révision du code de l’eau dont l’approbation prochaine par les autorités libanaises conduira à améliorer significativement les modes de régulation du secteur de l’eau. 

Le FFA adhère totalement aux trois orientations à travers lesquelles la coopération française poursuivra son soutien pour accompagner le Liban dans la préservation de ses ressources naturelles et la promotion de son développement durable, à savoir : l’amélioration de la gouvernance institutionnellele renforcement des infrastructures en matière d’assainissement et la promotion des énergies renouvelables et des pratiques d’efficacité énergétique.

L’Energie 
Pour anticiper la hausse de la demande en énergie dans le sud, il est impératif de développer des plans solaires (PSM initié pour l’Union pour la Méditerranée) et éoliens nationaux très volontaristes, comprenant un volet financier et réglementaire réaliste. En fait, le premier objectif recherché est d’assurer aux générations futures un avenir moins dépendant des énergies fossiles. Dans cette perspective, l’implantation d’une stratégie énergétique durable repose sur des mesures importantes et courageuses. 
Il s’agit également de développer les trois piliers de la politique énergétique, à savoir : un système effectif de sécurité d’approvisionnement, l’accès à l’énergie garanti et l’arrêt des subventions pour les combustibles fossiles. 
Il est tout aussi important d’avoir une conception de plans d’urbanismes concertés et à long terme avec des villes et bâtis plus denses et efficaces reliés par un système fiable de transport collectif, ainsi que des centres de résidence, de travail, de commerce et de loisirs rapprochés. Les municipalités ont un grand rôle à jouer dans ce domaine puisqu’il leur incombe de disposer et de gérer les déchets dans le territoire de la municipalité.
Concernant ce secteur, on ne saurait assez recommander l’élaboration d’une politique de rationalisation de l’utilisation de l’énergie.

L’Économie
Le pilier économique nous incite à économiser les ressources non renouvelables ou rares dans le pays. D’où l’utilité de lancer une première réflexion sur la thématique de l’économie verte et du secteur privé. Il faudrait encourager les initiatives des banques dans ce sens puisque plusieurs d’entre elles s’investissent dans des actions concrètes sur le terrain par le développement de partenariats avec des organisations non gouvernementales (ONG), ou encore via la sponsorisation, le financement et l’exécution de projets. Aussi, la communication peut-elle être optimisée comme « outil » au service de l’Environnement, menant à une prise de conscience et une action responsables. 

Pour nos entreprises libanaises, le défi de l’environnement n’est pas des moindres avec trois axes essentiels : comprendre les enjeux de l’environnement, le cadre juridique libanais et les conséquences réelles que comporte toute négligence dans le domaine, faire un bilan détaillé de la dimension écologique que comporte l’activité de chaque entreprise, définir les actions à prendre pour rendre l’entreprise « conforme » aux exigences écologiques, en déterminer le coût, et les mettre en place et enfin, intégrer la dimension écologique dans les systèmes d’Audits interne et externe de l’entreprise pour permettre une mise à niveau durable.
Pour les entreprises industrielles, un plan de mesures est à engager, de la modification des procédés de « production » à l’isolation des déchets créés jusqu’au traitement, à la transformation ou l’élimination de ces déchets dans des conditions « conformes » aux lois et réglementations en vigueur.  

L’éducation au Développement durable et le rôle des universités
Notre colloque doit pouvoir contribuer à une réflexion globale ayant pour objectif de favoriser l’émergence de citoyens et d’entreprises responsables, c’est-à-dire conscients de leur impact sur leur environnement et soucieux de l’optimiser. Mais il s’agit aussi de sensibiliser les étudiants à la préservation de l’environnement, de privilégier les relations avec des acteurs respectueux de l’environnement, et de diminuer l’empreinte carbone des équipements de tout genre.

L'empreinte écologique du Liban devrait être calculée 
L'empreinte écologique décrit la relation entre, d’une part les demandes que nous exerçons sur la nature et, d’autre part, les biens et services constituant « l’offre de la terre ». Cette empreinte pour le territoire libanais n'a pas été à ce jour calculée. Elle devrait donc faire l'objet d'un sujet de recherche pour évaluer la consommation des Libanais par rapport aux limites de la biocapacité naturelle de leur territoire.

Solidarité pour le développement durable au Liban
La déclaration de Beyrouth sur le développement durable, qui intervient en clôture des travaux de ce colloque, constituera donc un document de référence pour la délégation libanaise au sommet de Rio+20 et lui permettra de participer efficacement à ces débats.

De plus, à l’issue de ce colloque, un groupe permanent d'échanges de réflexions et d'expériences devra être mis en place, avec des calendriers cohérents ainsi que des moyens appropriés pour diffuser les bonnes pratiques en matière d’Environnement. Ceci, en nous appuyant sur les organismes méditerranéens partenaires à cette manifestation : le Semide, l'Académie de l'Éthique (France-Liban), la FAO, le Plan Bleu, le GWP-Med, l'Ipemed, le Remob, l'AUF, l'OIE avec le soutien de l'UPM, l'UE et du Gouvernement Français. Nos partenaires nous aideront à proposer des systèmes d'évaluation afin de stimuler nos initiatives dans le but d'assurer une gestion durable de notre territoire.

Les participants sont convaincus que les réflexions approfondies, les octrois pertinents proposés par les experts conduiront à présenter une stratégie concrète afin que le Liban puisse se faire entendre. 

La réussite d'un développement durable passe avant tout par une éducation, un enseignement et une solidarité commune, solidarité qui a pour but de faire émerger une nouvelle génération libanaise et méditerranéenne, celle de « l'Eco-citoyen ».

Cette déclaration comprendra d’autres recommandations ayant trait aux sujets qui seront abordés dans le cadre de la deuxième édition qui sera préparée en Janvier 2012.

Le Comité Scientifique
sous la direction de Dr Fadi Georges Comair
Président honoraire du REMOB
(Réseau Méditerranéen des Organismes de Bassin)

Liban : le développement durable et le tourisme local comme créateurs d’emplois

27-05-2013

http://www.enpi-info.eu/img/news/lebanon%20forum.jpg

Un forum national sur le thème « Développement durable et tourisme local : vers la création de nouvelles opportunités de travail» a été organisé à Byblos, au Liban les 23 et 24 mai. Parmi les thèmes abordés figuraient le rôle des femmes dans le développement socio-économique et les projets de développement durable initiés par des municipalités. Ce forum, financé par l’UE, vise à améliorer la coordination entre les acteurs impliqués dans le développement durable et le tourisme local.

 

Au Liban, l’UE soutient le développement socio-économique des populations vulnérables en finançant notamment le projet ONAY, à hauteur de plus de 500 000 euros. Ce projet contribue à la promotion sociale et économique des femmes libanaises en milieu rural à travers le développement du tourisme, de l’hôtellerie et des réseaux de micro-entrepreneurs.

 

Le Chef de la Section Développement durable à la Délégation de l’Union européenne au Liban, M. Maciej Madalinski, a souligné l’utilité de ce forum. Il a rappelé qu’exploiter ces ressources locales pourrait créer des emplois, notamment pour les femmes. En effet, les discriminations qui les affectent impactent négativement à la fois leurs droits fondamentaux, mais aussi la croissance et la productivité du pays. (EU Neighbourhood Info)

  1   2   3   4

similaire:

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconProgramme régional de développement du tourisme durable dans la Caraïbe

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconRésumé : À la fin du siècle précédent, la philosophie du développement...
«conséquences du progrès technique susceptible de nuire à la vie sur la Terre, aux équilibres naturels, et à l’évolution de l’humanité»Il...

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconSynthèse des investissements (hors fonds de commerce)
«faisabilité économique» d’un développement en franchise, IL est alors impératif d’envisager le plan de développement et son impact...

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconUn dialogue multidisciplinaire pour appréhender une vision durable du développement
«le diptyque : attraction des investissements (nationaux et étrangers) – développement des exportations»

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconProcès-verbal de la séance ordinaire du conseil municipal de Pointe-à-la-Croix,...
«Loi sur la mise en valeur des ressources minérales dans le respect des principes du développement durable»

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconUne invention pour le développement durable

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconLe questionnaire relatif à la politique de développement durable

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconInstitut du developpement durable et des relations internationales

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconDiscours officiels et presentations institutionnelles-jeudi 24 avril 2014
«Quels objectifs millénaires de développement durable (omdd) post-2015 pourrions-nous compter pour assurer un développement juste...

Dans quelles mesures le développement durable se met-il en place au Liban ? iconPlace du cours dans le programme et étudiants concernés








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.21-bal.com